Catégories
Un peu de tout

Que faire ? Où manger ? Où boire au Pays basque

Vu sur la Rhune depuis l’Ursuia

Petit guide perso du pays basque.

Déjà des sources d’infos :

Un poil de basquitude

Ne demandez pas un basque si il est espagnole ou français, il est d’abord basque. Puis après, il vit d’un coté ou de l’autre de la frontière.

Le combat pour l’indépendance a laissé des traces, la paix et le désarment complet d’ETA ne date que de 2018. En espagne, de nombreux basques sont encore prisonniers dans le sud de l’Espagne à plus 1 000 km de leur famille, d’ou des drapeaux « Presoak etxerat » (Prisonniers à/vers la maison). Le bon revert de médaille c’est que le pays basque à un très fort tissu associatif et revendicatif avec par exemple une chambre d’agriculture basque (à coté de celle officielle) et des systèmes d’entraides.

Donc globalement la culture basque est très présente. Les basques la revendiquent. La langue basque est aussi parlée couramment en particulier dans certaines provinces d’Espagne. N’oubliez pas que si des gens parlent basque et que vous comprenez rien, ce n’est pas pour vous exclure, c’est juste leur langue maternelle.

Baignade

Alors si vous n’avez pas l’habitude de la mer, de l’atlantique, des vagues, si vous avez des enfants : allez vous baigner à Hendaye en face de l’Hotel Lafon, du poste de secours. C’est la plage la plus sure du littoral basque avec Zarautz en Espagne. C’est aussi la plage la plus belle avec 3km de sable fin.

Les plages du littoral présente plusieurs risques qui peuvent surprendre : un fort courant, des baïnes (Anglet, Bidart, et plus vers les landes) et du surtout du short-break. C’est une vague d’un ou deux métres ou plus qui casse sur le bord de la plage, vous retourne et vous écrase dans le sable. De novembre à avril, les vagues ont plus de puissances que l’été, c’est cool pour le surf, mais ça crée de forts courants. Un enfant peu facilement se faire déstabilisé en jouant dans les vagues au bord et ce même à Hendaye.

Trèves de préambules, passons aux choses sérieuses.

Bayonne

Ce que j’aime bien : Trainer dans le vieux Bayonne, le petit Bayonne (entre Nive et Adour), la cathédrale, la place du marché, les quais, pousser peu le long de la Nive vers l’aviron bayonnais, la plaine d’Ansot.

Les boutiques :

  • Monsieur Txokola pour acheter du … Chocolat
  • La fromagerie de Laetitia pour du … oui… du fromage
  • Le banc dessiné pour les BD
  • Café Ramuntxo pour … attention si vous suivez… le café (il y a deux boutiques cote à cote, café et produits locaux, épices) mais aussi chez café Beltza (ex Négro, Beltza veut dire noir en basque)
  • Soixante Quatre 64, pour les T-shirts &co
  • La librairie de la rue en pente pour les pentes
    Dans cet ordre là en 4 rues vous avez plié vos courses à Bayonne. Il vous reste à redescendre sur la place du marché pour boire un coup ou manger au bar du marché, institution un peu surannée mais quand même pas mal.

Si vous avez besoin de vous défouler, vous avez The roof au forum (en dehors du centre ville) qui est une salle d’escalade très sympa avec une excellente cantine le midi. Vous pouvez aussi acheter des repas à emporter bio/végé à l’épicier bio du forum.

Anglet

Pas grand chose à Anglet, c’est un peu l’entre deux. Vous pouvez quand même aller voir la plage et l’embouchure de l’Adour, un soir au couché du soleil ça le fait bien !

Biarritz

Bon, là c’est assez simple : le front de mer dans un sens ou dans l’autre, puis dans l’autre sens. Vous pouvez parcourir la rue principale qui suit le front de mer décalé, c’est les même boutiques que Faubourg saint honoré à Paris.

Quand même, il y a quelques incontournable :

  • Les macarons chez Adam par boites de 48. N’écoutez pas les conneries sur leur conservation possible au frigo, vous n’en n’aurez pas besoin.
  • La librairie anglaise juste à coté, dont j’ai oublié le nom
  • Bibi etxola, bar en haut de la cote des basques. On y va surtout pour la vue en buvant un coup.
  • Pour un boire un coup en regardant la mer en version plus cool et local, il y a Debololo au dessus de la plage Marbella.
Debololo

Guéthary

Allez voir la plage de Cénitz et les surfeurs.

Saint jean de luz

Pour le centre ville, on vient en train, ou on se gare sur les parking de la gare et on fait tout à pied. Je vous passe le centre ville historique, l’église, la plage, la digue (allez jusqu’au bout à droite, au nord, par là >, pour le point de vue), voilà c’est touristique à gogo… Je fuis d’avril à décembre.
À faire quand même : aller trainer aux halles un jour de marché et boire un coup au bar dedans.
Il y a un excellent restaurant Japonais avec des produits locaux juste à coté du marché c’est Etxe Nami (Etxe = maison, prononcer « étché » , un basque appartient à sa maison familliale et pas l’inverse, d’où beaucoup de nom de famille basque en EtxeQuelquechose). Et juste un peu plus loin le restaurant Pil Pil enea, c’est tout simple, familiale, traditionnelle fait maison.
Et j’allais oublier la boucherie des familles à deux pas de l’église pour tout ce qui charcuterie (jésus, jambon, … ) etc…

Hendaye

Sa plage, sa plage, sa plage, pour se baigner, ou débuter le surf c’est le top. C’est blindé de monde l’été, mais hors saison c’est vraiment cool. On passera manger une glace chez Walter le glacier. Vous pouvez aussi visiter le château d’Abadie ou simplement vous promenez sur la corniche.

Attention, le chemin qui longe la route de la corniche est fermé car la falaise est sur le point de s’effondrer à plusieurs endroits.

La digue à Hendaye

Le vrai pays basque

La côte c’est bien joli, mais faut attaquer le vrai pays basque… Je vais faire un peu dans le désordre, mais notez que le triangle Hendaye, Espelette, Bayonne est un secteur très touristique avec plein de trucs jolis à voir et plein de restos indiqués dans tous les guides.

Donc à faire, vous pouvez vous ruez à la Rhune par le petit train ou à pied comme tout les touristes. C’est joli et blindé de touristes, mais joli, instagrammable.

Sinon, allez jusqu’à Itxassou, garez vous près de l’église (oui, c’est aussi blindé de touristes mais un peu moins). Là plusieurs options :

  • Balade sur la route le long de la Nive jusqu’au pas de Rolland avec possibilité de faire trempette un peu après.
  • Ballade jusqu’au Mondarrain (600 m d’altitude), c’est un spot d’escalade (bloc et falaise) compté 1h30 de marche facile aller, 1h retour. Il est interdit de se garer dans le col et de camper sur le massif.
  • Ballade jusqu’à l’Artzamendi (1 000 m), vue à 360° compter 2 heures pour monter minimum et un peu moins à la descente. Ça pique un peu pour monter…
  • La ballade que je préfère, c’est de faire le tour, Itxassou, Mondarrain, col des veaux, Artzamendi, Itxassou (25 km, 1400m de dénivelé, 5 à 6 heures de marche) Ça pique beaucoup.
  • Il est possible de monter à l’Artzamendi en voiture par le col des veaux, mais c’est une route pour une voiture, il faut se croiser, donc a éviter quand il y a un peu de monde. Il est interdit de camper au sommet avec un van par exemple… Van life de mes deux…
  • Il y a un restaurant à mi-chemin du col « Chez St Pierre » qui a bonne réputation en plus de l’emplacement improbable.
Vue vers l’Artzamendi, Bidarray et la vallée du Bastan depuis le Baïgura

Un peu en dehors des sentiers battues à Mendionde :

  • Le Baïgura, c’est ma balade du dimanche soir. Vous partez de la base de loisir (restaurant, parapente, …) et hop tout droit, 600m de dénivelé, 1h environ et vous redescendez en faisant une boucle derrière. 2h30 au total. Lasai (tranquille) à faire en calculant pour arriver au coucher du soleil au sommet (et prévoir une frontale pour redescendre)
  • L’ursaïa, en partant du village de mendionde, lekorne (c’est un des bourgs) ou un peu au-dessus en suivant la route, plusieurs chemins jusqu’au sommet.
  • Dans le village de Mendionde, vous pouvez déjeuner au restaurant Etchebarne (ouvert que le midi, sauf l’été) : menu du midi 13 € : soupe, entrée, plat, dessert, café, quart de vin.

À Cambo les bains, vous pouvez visitez la villa Arnagua et ces jardins. C’est la maison d’Edmond Rostand, avec une conception en avance sur son époque.

Tant que vous êtes par là il faut aller manger à la Maison de Pierre à Urcuray (Hasparren). C’est un ordre ! Mais pensez à réserver. C’est le meilleur restaurant du secteur, tenu par 3 gars passionnés et adorables qui font la cuisine et le service. La cuisine vaut une ou deux étoiles qu’ils n’auront pas tant que le service reste simple et efficace et les prix abordables ce qui m’arrange en fait.

Aprés, on va un peu plus dans les montagnes, on prend la route vers Saint-jean pied de port. À Osses, il y a un zone « commercial » sur la gauche de la route, avec un producteur de canards gras, un gros producteur d’alcools, un fabricant de superbe vases en terres cuites, une boutique Idoki de paysans producteurs, enfin bref arrêtez vous faire le tour des boutiques.

À Bidarray, vous pouvez monter au village de là, il y a plusieurs randonnées possibles en suivant le GR10 dans un sens ou un autre. Vous pouvez aussi rejoindre la vallée du Bastan qui est la vallée qui fait la frontiére entre la France et l’Espagne et allez jusqu’au village abandonné qui ne l’est plus en longeant la rivière ou par la montagne. Evitez d’y aller en voiture, la route est « compliquée » sur la fin. J’y ai déjà vu des accidents.

À Saint-Étienne-de-Baïgorry, je vous conseille de vous arrêter à la cave des producteurs d’Irouléguy et de visiter ! Avant de continuer la route vers Urepel, au fond du fond de la vallée en passant par Banca et les aldudes. À Urepel, il y a une des plus belle rando (25km, 1400 m de dénivelé) à faire dans le pays basque (dans le sens inverse), avec une jolie montée dans la montage, un sommet dominant la région, une descente dans une vallée foisonnante, un retour dans une hêtraie.

Après ça on redescend dans la vallée, faire un tour à Saint-jean-pied-de-port. C’est une ville sur le chemin de Saint-Jacques-De-Compostelle. Un petit tour jusqu’à la citadelle, l’église, la veille ville… rien de bien compliqué.

De là vous pouvez continuer dans les montagnes, en vous lançant à l’assaut des forêts d’Iraty ou faire un tour à Saint-just Ibarre pour remonter à la source de la bidouze. Au passage vous pouvez visiter la cidrerie Eztigar qui produit du cidre basque et d’autres liquides tirés des pommes.

Vous pouvez revenir vers la côte en traversant dans les petites routes, Helette, Saint Esteban, La bastide clairence (village top joli mais plein de touristes mais top instagrammable). Par contre vous pouvez passer à l’abbaye de Belloc ou la brasserie Eki. En parlant de brasserie je vous conseille Bob’s Beer à l’entrée d’Hasparren ou la Kipett dans la zone artisanale de Briscous à côté l’autoroute (sortie 3 Hasparren/Briscous).

Hegoalde, pays basque sud

Pour être franc je connais moins le pays basque sud qui est aussi beaucoup plus étendue.

Avertissement : le pays basque sud est littéralement bourré de restaurants de très grande qualité souvent à des prix raisonnables. On y trouve moult tables étoilées mais aussi plein d’auberges simples et très bonnes.

Cidre et cidrerie

Le cidre basque ou sargarno (prononcer schagarno) ou vin de pommes n’a rien de commun avec ces lointains cousins du nord. Il est complètement fermenté et donc sans bulles et acide. Si vous avez l’estomac fragile passez votre chemin rapidement, vous perdez rien.

Traditionnellement, il servait à éviter le scorbut lors des longs voyages en bateaux. Les armateurs et les marins allaient le choisir dans l’arrière pays lors de dégustations. Aujourd’hui les cidreries proposent donc de dîners dans les chais avec un menu classique omelette, morue, côte de bœuf au feu de bois (txuleta), fromage noix et pâte de coing avec dégustation de cidres à volonté. Dans les plus classiques, le repas se fait debout autour des tables ce qui permet de circuler librement et discuter avec tout le monde. La période des cidreries va de décembre à avril traditionnellement, mais certaines sont ouvertes toute l’année.

De la frontière à San Sebastien

Le Jaizkibel domine la mer de la frontière jusqu’à Pasaia. Il y’a moult balade à faire dessus, au pied, au sommet. C’est superbe partout. Il y a aussi plusieurs spots d’escalade en falaise au-dessus de la mer ou en bloc sur le haut.

À Pasaia vous pouvez visiter le chantier de construction navale qui reproduit des bateaux d’époque. Ils ont commencé avec un galion et continuent sur d’autres types de bateaux.

De Pasaia vous pouvez traverser le bras de mer en bateau et prendre le train pour Hendaye ou San Sebastien.

San Sebastien a été la résidence d’été de Franco dans cette région industrielle et relativement clef du pays basque. C’est donc c’est une ville riche, avec une architecture imposante. Il faut simplement s’y promener, s’y perdre, allez dans les bars manger des tapas, boire des bières, marcher, discuter, manger, boire, discuter … enfin vous avez compris le principe.

Et en suite

En fait je vais voir du mal détailler plus. La cote basque est superbe, mais aussi les montagnes, les terres. Vous pouvez aller jusqu’à Bilboa et son musée ou rentrer dans les terres. Par exemple, il y a le désert des bardenas, un parc naturel (Informez vous sur les régles à respecter, une partie est un terrian militaire) à voir, qui a servi pour tourner des westerns ou encore le parc naturel d’Aizkorri-aratz. Des petits villages comme Véra de bidassoa sont sympa, ou des villes comme Azpeitia coincé entre les montagnes sont à découvrir. Et encore les grottes Zugarramurdi, à deux pas de la frontière, sont un au haut lieu des histoires sorcières basques.

Quelques endroits à visiter

Ces lieux sont tirés de Pyrénées magazine (septembre-octobre 2021).

  • Le flysch de Zumaia, sur la plage on peut observer le mille-feuilles rocheux qui c’est retrouvé à la vertical ou presque. Un lieu de tournage de Game of thrones
  • À Zumaia toujours, la grotte d’Ekain
  • Le sanctuaire d’Arantzazu, à Oñati, monument d’art basque contemporain
  • La parc naturel de Gorbeia, à Orozko-Murguia
  • L’ermitage de Gaztelugatxe à Bermeo, aussi un lieu de tournage de Game of thrones
  • Foces de lumbier et Arbayún à Lumbier, deux canyons les plus impressionnants de Navarre
  • Le monastère d’Urdax à Xareta, un musée d’art contemporain.
  • Roncevaux, vallé de Aezkoa, lieu de passage des pélerins et de la bataille du même nom.
  • La forêt d’Irati, Vallée de Aezkoa et Salazar
  • Le monastère de Leyre, sierra de Leyre
  • Musée Oteiza près de Pampelune, à Alzuza
  • Olite et son palais royal